Textes

1er Avent 2015

Lors du culte du dimanche du Premier Avent, le jeune Elliot a allumé la première bougie de la couronne d’Avent. Le temps de l’Avent a commencé pour notre paroisse avec un culte festif et musical. Les fanfares de l’Armée du Salut ont accompagné chants, prières et messages. La musique, le chant et les prières partagées nous ont por-tés. Mais autour de nous, la situation est bien différente des autres années. Les attentats à Paris sont très pré-sents. Le plan vigipirate change nos habitudes. Nous montrons nos sacs lors des déplacements, entrées dans des lieux publics, même à l’église. Les concerts montrent plus de places vides qu’habituellement. L’atmosphère est plombée, pesante et difficile. Nos peurs, nos questions pèsent et nous aliènent, comme le dit le texte de H. Westphal.

Malgré ces obscurités, une lumière brille et se donne à voir. Nous pouvons aller à sa rencontre. Nous pouvons aller vers la vie et laisser derrière nous certains poids et obligations.

Ne cédons pas à nos peurs. Soyons attentifs aux autres, à ce qui se passe autour de nous et n’oublions pas la solidarité et la fraternité.

N’hésitons pas à nous poser des questions, celles d’un autre vivre ensemble en société, avec une plus grande justice et égalité.

N’hésitons pas à nous engager pour un avenir, dans une diversité de cultures, religions et manières de vivre, et cela dans le respect, la solidarité et la fraternité. .

Allons à la rencontre de la grande lumière de Noël, qui nous montre Dieu devenu humain, dans sa fragilité et ses forces, dans ses questions et ses réflexions, dans son message de grâce, d’amour et d’un grand respect de chaque être humain.

Au nom du Conseil presbytéral, je vous souhaite un temps d’Avent et de Noël béni et que la lumière de Noël brille sur nos chemins, dans nos rencontres et paroles.

Pasteure Petra Magne de la Croix

 

Nous peinons encore à traîner 

derrière nous

nos rendez-vous, nos obligations et nous peurs

qui nous pèsent et nous aliènent

mais ceux qui marchent dans l’obscurité

ont vu briller une grande lumière

et le cœur de ceux qui ouvrent leurs yeux

est irradié par elle.

Allons donc à sa rencontre.

Hinrich C. Westphal, traduction par Jean et Marlise Leininger

 

noch ziehen wir mühsam

hinter uns her

termine pflichten ängste

beladen und unerlöst

doch die im finstern wandeln

sehen ein grosses Licht

die ihre Augen öffnen

werden den neuen schein

in ihren herzen spüren

wir können ihm entgegenziehen

 

(Hinrich C. Westphal)

2015-12-13-15.06.54