Relais

Messages

« Au milieu du jardin, c’était un cobra ». 

Message du président de la Fédération protestante de France, François Clavairoly 

Il nous faut donc aujourd’hui penser l’horreur.
Nous avions en effet bien des mots pour parler de la souffrance et du mal, pour parler de la maladie et de la mort. Il nous faut désormais aller plus loin. Il nous faut penser l’horreur et l’effroi d’un monde très dangereux.
Les prédicateurs, les théologiens, et finalement nous tous allons devoir faire face, dans les réflexions et dans les prises de parole, à cette réalité qu’est le terrorisme. Peut-être même qu’il va falloir se demander comment nos prières, nos liturgies et notre catéchèse vont devoir refuser d’être dans le déni de ce qui nous attend.
Le terrorisme est une réalité avec laquelle tous, nous apprenons d’ores et déjà à vivre et à mourir.
Qui aurait imaginé il y a quelques années que nos pensées seraient à ce point marquées par cette réalité ? Nous nous obsédions dans des querelles de toutes sortes, enflammés, pour certains, avec une curieuse agressivité, par des questions sociétales qui occupaient tant nos esprits que nous ne voyions pas « l’éléphant qui est dans la pièce »…le serpent au milieu du jardin.
Les deux sujets de ces temps sont bien là, ceux des origines, dans la Genèse : la vie et la mort

1. La violence terroriste d’un projet politico-militaire à prétexte religieux contre les sociétés ouvertes et démocratiques nous place devant un projet de mort. Que faire ?
2. La question environnementale nous place devant un projet de vie. Que faire ?

La FPF vous propose plusieurs rendez-vous : Les marches mondiales pour le climat prévues à Paris ne peuvent être maintenues, mais le 28 novembre nous accueillerons les pèlerins du monde entier à Saint-Denis, avec une journée reformatée incluant  un moment interreligieux à la basilique, la réception des pétitions des internationaux. Pétition d’ACTAlliance que je vous invite d’ailleurs à signer et à transmettre largement autour de vous pour marquer notre mobilisation autrement. Ensuite, la cérémonie oecuménique pour la sauvegarde de la création du 3 décembre à Notre Dame.

Pour redire notre fraternité, il nous faut aussi ouvrir le guide de l’hébergeur et entrer dans la fraternité. Car la question de la Genèse ne s’arrête pas à celle du pourquoi de notre sidération devant la tentation du mal : elle ouvre sur la fraternité réussie, non celle de Caïn et d’Abel mais celle fondée en Christ.

François Clavairoly, président de la FPF (Fédération Protestante de France)

 


Message à l’attention des pasteurs et paroisses, œuvres et mouvements de l’UEPAL
 
Élections régionales des 6 et 13 décembre 2015
 
Chères sœurs et frères,
 
Les 6 et 13 décembre prochains, nous sommes appelés à voter pour désigner les Conseillers régionaux qui gouverneront la future grande région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes. Beaucoup a été dit sur l’intérêt et l’opportunité de cette réforme régionale, sur ses avantages et inconvénients supposés ou sur la méthode avec laquelle elle a été mise en œuvre. Quoiqu’il en soit, les électeurs devront se prononcer sur les programmes que les différents partis en présence leur présentent.
 
Mais nous savons que les enjeux de ce scrutin dépasseront largement la question de la réforme territoriale. Le contexte international très tendu, la montée générale des nationalismes et des replis identitaires en Europe, et la question de la sécurité à court terme en France après les attentats du 13 novembre pèseront inévitablement sur le scrutin.
 
En tant que chrétiens, notre premier devoir, c’est de refuser de céder à la peur : peur de l’autre différent, peur de la perte d’identité dans un contexte de plus en plus multi religieux et multiculturel, peur du chômage et de ses conséquences sociales dévastatrices, peur du réchauffement climatique et de la crise écologique qui en résulte, peur diffuse d’un monde qui change au rythme effréné des nouvelles technologies.
 
Notre second devoir est d’aller voter. La démocratie est un privilège dont nous devons reprendre conscience : face aux semeurs de mort, la démocratie est l’expression de la vie, du débat, du respect de l’autre malgré son opinion différente. Aller voter, c’est un acte de résistance face à la barbarie qui voudrait nous enfermer dans des schémas totalitaires. Mais nous ne devons pas apporter nos voix à celles et ceux qui promettent des lendemains qui chantent, en désignant les boucs émissaires dont l’élimination règlerait comme par enchantement tous les problèmes : les étrangers, les réfugiés, l’islam, l’Europe, la monnaie unique,… Notre devoir, c’est de témoigner de l’Évangile qui nous rend solidaire de tout être humain, en cherchant inlassablement les chemins de la justice et de la paix.
 
« C’est dans le calme et la confiance qu’est votre force » Esaïe 30,15
 
 
Christian Albecker
Président du Conseil de l’UEPAL