Mercredi 15 juillet 2020, 19h00

Élisabeth Geiger,

aux claviers de l’orgue Silbermann nous invite à faire un tour d’Europe des compositeurs : Byrd, Bach, Sweelinck, Cabezon, Marcello et des surprises.

Entrée libre, plateau

 

Elisabeth Geiger étudie le clavecin, l’orgue et la basse continue au Conservatoire National de Région de Strasbourg auprès d’Agnès Candau, Aline Zylberajch et Martin Gester. Lors de stages et séminaires, elle se perfectionne avec Laurent Stewart, Yvon Repérant et Freddy Eichelberger. Attirée par la musique vocale, elle se dirige vers la Fondation Royaumont où elle rencontre Gérard Lesne et Il Seminario Musicale, puis Jean-Claude Malgoire, avec qui elle collabore au sein de l’Atelier Lyrique de Tourcoing. Son intérêt pour l’opéra l’amène à travailler ensuite avec Emmanuelle Haïm, et particulièrement avec Hervé Niquet. Elle se produit avec les ensembles Akâdemia, Doulce Mémoire, l’Ensemble Clément Janequin, La Grande Ecurie et la Chambre du Roy, Le Concert Spirituel, Le Concert d’Astrée, ainsi que Les Ambassadeurs et Les Veilleurs de Nuit. L’intérêt tout particulier qu’elle a porté à la musique de chambre à deux clavecins lui a permis de se perfectionner en réécriture, transcription, arrangement et improvisation, en lien avec le répertoire de clavier ancien. Assidue des fonds de musique baroque des bibliothèques parisiennes et européennes, elle montre une égale prédilection pour la facture instrumentale. Outre le clavecin – et l’épinette, la régale ou le virginal –, elle approfondit sa pratique de l’orgue, rejoignant les organistes du Foyer de l’Âme. Elle aime à faire entendre l’orgue (le grand orgue !) en duo, notamment avec la violoniste Stéphanie Paulet (CD Minoritenkonvent) ou en musique de chambre. Elle assume fréquemment des fonctions de chef de chant pour des productions d’opéras et cultive avec éclectisme d’autres expressions artistiques : musiques improvisées à Royaumont avec Fabrizio Cassol ; projet « Love I Obey » avec la chanteuse Rosemary Standley et ; danse contemporaine avec la Compagnie Toujours après minuit (création de « Revue et corrigée » à Pôle Sud Strasbourg)… Elle participe à la genèse du trio Julnar (oud, clavecin, batterie) et rejoint également le violoniste Yardani Torres Maiani pour le projet de flamenco de chambre “Asteria”.

 


 

Mercredi 22 juillet 2020, 19h00

Jérôme Mondésert,

aux claviers de l’orgue Silbermann – Oeuvres de Michael Praetorius, Dietrich Buxtehude, Johann Sebastian Bach

Entrée libre, plateau

 

Jérôme Mondésert doit l’essentiel de sa formation à Jean Boyer et Harald Vogel pour l’orgue, à Huguette Dreyfus, Françoise Lengellé et Aline Zylberajch pour le clavecin ainsi que Jesper Christensen pour la basse continue. Il obtient successivement un prix régional du Conservatoire National de Région de Lille, puis le Diplôme National d’Etudes Supérieures Musicales du Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon.

Jérôme Mondésert donne régulièrement des concerts en tant que soliste et continuiste et ainsi participe aux festivals de Sarrebourg, de Ribeauvillé, de Basse Navarre, festival Musique et Mémoire en Franche Comté, festival de Radio France en Languedoc Roussillon…et également en Allemagne et en Suisse.

Titulaire du certificat d’Aptitude aux fonctions de professeur de clavecin, il est professeur de clavecin et de basse continue et coordinateur du Département de Musique Ancienne au Conservatoire Régional de Nancy.

Il enseigne également à l’académie de claviers anciens de Dieppe. A Strasbourg, Jérôme Mondésert est organiste titulaire des orgues Andreas Silbermann (1718) de l’église protestante Sainte Aurélie et également président de l’association Orgues à Saint-Aurélie, en janvier 2010 , il a été nommé organiste titulaire des orgues Dominique Thomas de l’église réformée du Bouclier.


 

Mercredi 29 juillet 2020, 19h00

Elyette Weil, violoncelle et Tristan Lescène, piano

Correspondances romantiques

Entrée libre, plateau

 

« Ce programme pour violoncelle et piano, tel un voyage musical au 19e siècle en deux parties, débute par des oeuvres de l’Allemagne romantique (Robert Schumann et Max Bruch) pour rejoindre les compositions plus tardives des compositeurs français Gabriel Fauré et Claude Debussy. La nature à la fois impétueuse, ingénue, brillante et idéaliste des émotions contenues dans « Fünf Stücke in Volkston » et « Adagio und Allegro » de Robert Schumann témoigne pleinement de l’esprit romantique allemand.
À l’inverse, les oeuvres « Élégie », « Après un Rêve », « Sicilienne » sont symboliques d’une quête d’évanescence et de l’intériorité propre à Gabriel Fauré. « Nocturne et Scherzo » est un rappel du visage artistique du jeune Debussy à ses vingt ans, avant de devenir le Maître musical du mouvement impressionniste. »

 

Programme :

Robert Schumann (1810-1856) Adagio und Allegro Fünf Stücke in Volkston » Max Bruch (1838-1920) Kol Nidrei Clara Schumann (1819-1896) Romances op.11 Gabriel Fauré (1845-1924) Les Berceaux Sicilenne Berceuse Élégie Après un Rêve Claude Debussy (1862-1918) Nocturne et Scherzo

 

Tristan Lescêne a étudié le violoncelle et la Musique Ancienne aux conservatoires de Colmar, Strasbourg et Paris (CRR). Il est aussi titulaire du Diplôme d’Etat d’enseignement artistique. Ses expériences musicales le conduisent à jouer dans divers ensembles baroques; il est d’ailleurs fondateur et directeur artistique de l’ensemble baroque strasbourgeois To Be Continuo. Dans un autre univers musical, celui des Musiques Actuelles, Tristan Lescêne a participé aux enregistrements et concerts des groupes Marienko (chanson française), Opennight (Jazz-rock) et Blyss (Rock). Toujours en tant que violoncelliste, il a été engagé pour les productions théâtrales de « Inconnu à cette Adresse » de Kressmann Taylor (Festival d’Avignon 2003 et 2004), ainsi que « Les Noces de Sang » de Federico Garcia Lorca (Château de Grignan durant l’Eté 2018). En tant que créateur musical, Tristan Lescêne a composé « Emportés aux Constellations » (2008), pour violoncelle seul, ainsi que l’lntégralité de la musique pour les productions de l’association Rodéo d’Âme: « La guerre de Joseph » (2015), « Le coeur est un feu » (2016), « Les petits papiers de la grande guerre » (2017) et « Les Auschwitz » (2018). »

Elyette Weil a effectué ses études musicales au Conservatoire à Rayonnement Régional de Strasbourg, ou elle a obtenu les médailles d’or de piano (classe de Laurent Cabasso), de musique de chambre et de formation musicale. Elle est également diplômée en analyse, harmonie et histoire de la musique. Artiste éclectique, elle joue aussi bien en solo, qu’en accompagnement de choeurs ou en musique de chambre. Cette dernière étant son domaine d’expression favori, elle a donné de nombreux concerts dans la région au sein de formations très variées : du duo au sextuor, avec violon, violoncelle, clarinette, hautbois, voix, 4 mains ou 2 pianos, et avec des partenaires tels que Evelyne Alliaume, Frank Van Lamsweerde, Ariane Wohlhuter, Gabriel Henriet, Michèle Renoul…. Son répertoire très varié s’étend de la musique du 18eme siècle à la musique contemporaine. Elle aime particulièrement construire des concerts à thèmes : Récital en hommage à Debussy pour la commémoration du centenaire de sa mort, Schubertiades, concert « Contrastes » en hommage au 20eme siècle, concerti pour plusieurs claviers de Bach, Musiques d’inspiration hébraïque, Histoires pour 2 pianos ou 4 mains et récitant, Voyage romantique, Musique française au tournant du siècle avec violon ou chant, Les cordes à l ‘opéra, interprétation d’oeuvres de Debussy et d’Ohana lors d’une conférence à l’université, ainsi qu’à l’émission « En blanc et noir » sur France Musiques, participation au festival Musica de Strasbourg dans des oeuvres d’Ivan Fedele… Lors des concerts, elle aime établir un contact privilégié avec le public en présentant oralement les oeuvres jouées lors de concerts lectures. Titulaire du Diplôme d’État et du concours de professeur d’enseignement artistique, elle est professeur de piano au Conservatoire à Rayonnement Régional de Strasbourg.

 



 

COVID19 : Les places sont limitées – merci de venir 15 minutes avant l’heure, de respecter la signalétique, de porter votre masque. Les toilettes seront fermées au public.