Arts&spiritualitéBlogTextes

Désastre des lieux, remémoration, Poésie

Une rencontre organisée par Vincent Wahl (association Partage-Poésie) avec le soutien de la DRAC Grand-Est.

Le 4 mars 2017, en l’église Sainte-Aurélie de Strasbourg, l’Association Partage-Poésie réunissait deux poètes francophones majeurs. L’un d’eux, Jean-Paul Klée, est le fils d’un résistant assassiné par les nazis, l’autre, Werner Lambersy, celui d’un flamand pro-nazi activiste, quoique n’ayant joué qu’un rôle subalterne dans l’administration SS, et d’une francophone d’origine juive (cf. notices bio et bibliographiques infra). La rencontre était animée par le philosophe Philippe Choulet.

 

Les persécutions et massacres nazis, la Shoah, l’histoire familiale et notamment l’engagement paternel — qu’il ait été du bon ou du mauvais côté — sont apparus tardivement dans les œuvres de Jean Paul Klée et Werner Lambersy. La rencontre était donc placée sous le double signe du temps long entre l’événement et sa remémoration, puis la mise en forme poétique, et du lieu, catalyseur de la remémoration. Quant au poète, il serait celui qui n’a pas voulu ou pas réussi à enterrer définitivement l’expérience de la sidération.

 

C’est en 1986 qu’au hasard d’un voyage à Wannsee (Allemagne), le passé saute au visage de W. Lambersy. Ce n’est que près de trente ans plus tard qu’il réussit à écrire Un Requiem allemand 2016. JP. Klée publie, dès 1971, dans le journal « Le Monde », une Crucifixion alsacienne, dans laquelle il évoque le camp d’extermination du Struthof où son père fut assassiné. Ce poème est repris en 1977 dans « Résurrection alsacienne » avec Le Rhin est Mort / poème à gueuler. Mais ce n’est qu’à l’entrée dans la soixantaine, qu’avec Retour au Struthof il semble trouver les mots – très directs, très puissants – pour dépasser l’allusion ou la métaphore. Ce n’est encore que dix ans plus tard qu’il reprend ce travail avec l’intention d’en faire un livre à la mémoire du philosophe Raymond Lucien Klée (1907-1944). Lente, douloureuse et difficile gestation, comme si le temps n’était pas seulement une condition de l’accouchement, mais un obstacle majeur, une contradiction, une complication (de l’ordre du labyrinthe) à la sculpture des figures de soi et de ses Pères.

 

Ressources en ligne

 

  • Le film, dû à Bertrand Fritsch, des interventions de Werner Lambersy, Jean-Paul Klée et Philippe Choulet

Rencontre Jean Paul Klee et Werner Lambersy à l’Eglise Sainte Aurelie from Bertrand FRITSCH on Vimeo.

ou sur le site Vimeo : https://vimeo.com/208092101

 


Rencontre avec Jean paul Klée et Werner Lambersy – Débat from Bertrand FRITSCH on Vimeo.

ou sur le site Vimeo :  https://vimeo.com/212232578

 


 

 

Pour toutes questions, veuillez contacter Vincent Wahl